Tags

, , , , ,

route de printemps

Ok, les enfants, je pensais que le printemps c’était aujourd’hui. Mais j’ai appris hier, que c’était… Hier! En tous cas, il commence à bien s’installer. Et de là où je vous écris, je suis assise près de la fenêtre de mon appartement où les rayons du soleil viennent gentiment caresser mon visage. En bonne parisienne que je suis devenue, je me dis: “à nous, les terrasses, les jardins, et les parcs, bref la nature, le bonheur, le vrai quoi!” J’essaie de travailler, mais mon attention est toujours dérangée par plusieurs choses…

D’abord, sur ma table, à côté de moi, j’ai un petit ami qui ne me quitte jamais et qui bien souvent m’empêche d’apprécier ces petits moments, de bonheur, comme ceux du printemps. En fait, cet ami, c’est mon téléphone, et encore, il n’est pas encore “Smart”, celui-là. Je préfère me dire que je suis suffisamment intelligente (Smart en anglais) pour ne pas avoir besoin d’être connectée 24h/24h. Pour une blogueuse et une community manager, je sais, c’est déplorable. Mais ce qui est déplorable pour moi, c’est que je sois devenue une droguée de l’internet et de mon ordinateur. Mais encore une fois, je ne suis pas la seule.

Aujourd’hui, tout le monde a le nez scotché sur le téléphone ou l’ordi, ou la fameuse tablette. On  tweete, on textote,on emaile, on lit même… Mais quand prend-t-on le temps de vivre et de respirer? de se poser, de regarder le printemps pointer son nez et d’écouter son ami(e) sans qu’on soit interrompu toutes les 5 secondes par le vibreur ou le bip du téléphone de l’autre ou pire du vôtre. On dirait aujourd’hui qu’on ne sait plus vivre sans Internet, les réseaux sociaux, et tout le toutim… Quelles sont les conséquences sur les relations humaines?

Par exemple, le nombre de fois, où je vois des couples au restau, qui sont penchés sur leur téléphone, au lieu de se parler.J’ai envie de leur dire, non mais pourquoi vous ne vous envoyez pas des textos pour vous dire, ce que vous n’arrivez pas à vous dire dans la journée par exemple.Vous sentez mon ton ironique?

Le pire, ce sont les jeunes qui ont la vingtaine, ils vous font la conversation à table avec leur téléphone, bien calé sur les genoux, avec une main sur la table pour attraper la fourchette, et l’autre pour répondre. Vous voyez mon niveau de frustration. C’est du vécu de ce dernier week-end.

Une autre fois, alors que j’étais invitée à un dîner où je connaissais peu de monde, j’ai soudain dit à un jeune homme qui n’arrêtait pas de jouer avec son téléphone:

“-dis-moi, est-ce qu’on te dérange?

-non, pourquoi? m’a-t-il répondu d’un air surpris.

– parce que tu as un tête-à-tête avec ton téléphone et que bon je ne trouve pas ça très poli. ”

Évidemment, toute la table s’est arrêtée de parler, puisque une gêne venait de s’installer.

Enfin, ce ne sont pas les pires finalement car il y a aussi les amis, que vous rencontrez chez eux, et qui ont Iphone, Blackberry, et PC ou Mac ouvert, et qui vous font la conversation, le nez rivé, sur leur écran. Là aussi, parfois je me retiens de leur dire, non mais je n’ai pas fait tout ce chemin pour que tu préfères parler à ton téléphone plutôt que d’apprécier ma visite.

Alors, si je vous lançais un défi? Celui de communiquer à l’ancienne.Essayez et vous verrez.

Règle n°1: par une belle journée comme aujourd’hui, on met le téléphone sur vibreur ou mode avion, et on s’installe sur un banc au soleil. Pas de musique dans les oreilles, pas d’internet, et un bon bouquin à la limite et on respire. On sourit aux passants et aux oiseaux.On apprécie juste le moment présent. On pense aux gens qu’on aime, ceux qui nous manquent, ceux qu’on n’a pas vu depuis longtemps. On pense à des choses qui nous font du bien surtout.

Règle n°2: on n’essaie même pas de regarder si on a manqué des appels.On se donne une heure au moins pour rester injoignable. Et si on en faisait une règle de vie? Une fois par semaine, plus de son, plus d’image. On se ressource. On repose notre esprit.

Règle n°3: quand on est avec des amis, de la famille, et surtout quand on est en amoureux, on ferme son téléphone sauf s’il y a urgence. On prend le risque de rater quelque chose, mais surtout, on prend le temps de respecter l’autre et de l’aimer. On prend le temps de redécouvrir notre entourage en passant des moments de qualité.

Règle n°4: se donner une règle pour aller sur les réseaux sociaux, exemple: j’y vais une fois par mois, ou une fois par jour, selon les personnes. Je vais gagner en efficacité.On se désintoxique.

Règle n°5: qu’on soit seul ou en couple, avec des amis, ou en famille, qu’on ait envie de rester seul ou pas, mon conseil serait de vous dire, réapprenons à vivre simplement et tout simplement.

Personnellement, voilà 6 ans que j’ai décidé de ne plus écouter la radio chez moi. Je n’ai pas de télé, enfin, elle est au placard, elle en sort deux fois par an. Est-ce que je suis moins au courant de l’actualité pour autant?

Je n’ai pas de smart phone,  et j’ai juste un forfait deux heures. Pourtant je suis très très bavarde. Les textos me vont très bien. Mais je n’en abuse pas non plus. J’utilise mon forfait illimité de textos à bon escient. Parce que dans tous les cas, je préfère voir les gens en face à face et partager des petits moments avec eux. J’avoue tous ces moyens de communication peuvent vous aider à entretenir de bonnes relations.

Le nombre d’amis soi-disant sur Facebook, ne reflètent pas non plus la réalité car ceux que je désigne comme mes proches sont très peu sur les réseaux sociaux.

Donc vous voyez, on peut y arriver. Et encore je suis persuadée, que je pourrais gagner en moment de qualité et d’efficacité, si je n’avais pas toujours mon esprit rivé sur mon ordinateur.

Loin de moi, de vous encourager à tout arrêter et de vivre comme un ermite. Mais seulement, trop point n’en faut, comme dirait ma petite maman.

Une communication réussie serait d’avoir réussi à vous convaincre de délaisser Internet et autre polluant de la vie pour revenir à l’essentiel. Je vous laisser avec cette chanson, elle mérite réflexion.

Eli, qui aime le printemps et les gens 🙂

Advertisements