Tags

, , , ,

… je reconnais que j’ai fucked up !”

“Est-ce qu’on peut se rencontrer lundi ?” Tel fut le SMS envoyé à mon pote après que je fusse sermonnée pendant 15 mns par Cocotte. “Ton attitude est super choquante, vue de l’extérieur. Tu ne te serais jamais comportée ainsi avec ton boulot actuel ou un boulot intermédiaire. Alors que B a été super sympa avec toi, il t’a tendu la main, toi tu l’as laissé tomber comme une vieille chaussette.” 

Les amies ça sert à aussi. Le franc-parler de ma BFF me permit de remettre mes cases en place et d’un seul coup, cet éclair qui traversa le ciel, alors qu’il était bleu à craquer, illumina mon cerveau quelque peu déconnecté.

À mon grand soulagement mon ami a accepté de me rencontrer et cela m’apaisa quelque part. Cela me donna le temps de faire le point et d’analyser mon comportement. Je voulais comprendre pourquoi j’avais aussi mal agi avec lui. Tout le week-end j’ai cogité et réfléchi.

Je n’avais aucune excuse valable. J’avais merdé tout simplement. En analysant les faits, je revenais toujours à cette même conclusion. Maintenant que je le savais, il ne me restait plus qu’à présenter mes excuses en toute… humilité.

Lorsque nous nous sommes rencontrés, je n’ai pas attendu que la conversation se prolonge pour entrer dans le vif du sujet. Après tout cela faisait au moins 4 mois que j’aurais du le faire, alors je n’avais pas envie de faire perdre une minute de plus à mon ami. Par de simples mots, je lui ai dit: “je suis vraiment désolée, je te demande pardon.”

Sa réaction fut celle d’un ami: il n’y avait pas de malaise de son côté. Au lieu de me faire la morale, il me donna son analyse, de ce qu’il pensait que je devais changer dans ma vie pour ne plus retomber dans les mêmes travers. J’ai beaucoup apprécié son attitude car loin de m’enfoncer, il donna des conseils pour m’encourager.

Typiquement, mon pote m’a communiqué de l’amour à sa manière: d’abord en me pardonnant, ensuite en essayant de m’aider par ses conseils. Il me montra le véritable pardon. Aucune rancoeur, aucune amertume. Pas un mot qui sous-entend un malaise. Au contraire.

Son attitude m’aida énormément dans mon introspection. Et moi, quelle est mon attitude face aux personnes qui me déçoivent? Est-ce que moi qui vous écris des posts sur le thème de communiquer de l’amour, je pardonne aussi facilement? Est-ce que je déçois souvent? Si oui, est-ce que je demande pardon à chaque fois?

Si le pardon est libérateur pour celui qui pardonne, cela est aussi valable dans l’autre sens, pour le pardonné. Cela demande une dose d’humilité de reconnaître ses torts, et en même temps, c’est la bouée de sauvetage qui nous empêche de couler dans les profondeurs de l’orgueil.

Lorsque nous nous sommes quittés, il m’a remercié d’avoir fait le déplacement pour lui faire mes excuses. Je lui ai répondu: “merci à toi, d’être si compréhensif”.

Communication réussie. Eli, pardonnée et encouragée.

Advertisements