Tags

, , , ,

Hier soir, j’ai fêté avec une amie ses 4… printemps. Elle me partageait combien la pression de la société d’aujourd’hui l’oppressait. Même en 2012, être célibataire, quoiqu’on en dise, est considéré comme une tare. Elle ajoutait que pour nous les femmes, c’était pire à cause de l’horloge biologique qui se fait un plaisir de nous rappeler que notre tour est sur le point de passer, si ce n’est déjà fait. Selon mon amie, être une femme célibataire, qui plus est sans enfant, fait de vous une handicapée … de la vie.

Ce n’est malheureusement pas la première fois que j’entends ces tristes propos. Sandra me regarda en souriant et me dit: “mais tu as l’air super en forme, tes traits sont reposés et sereins. Je te sens super détendue…Tu as rencontré quelqu’un ?” Je lui ai tout de suite répondu par la négative mais je me suis empressée d’ajouter: ” j’ai beaucoup cogité sur le sujet de la solitude et ça m’a aidé à surmonter mes frustrations. ” C’est ainsi que je lui ai livré ce qui suit.

Je fais partie de ces personnes qui vivent leur passion à fond sans limite, sans restriction. Mes journées défilent à la vitesse de l’éclair. Ma BFF raconte à qui veut l’entendre que pour me voir, il y a 3 semaines d’attente, et encore ! La vie ressemble à un tourbillon dans lequel je me laisse emporter parfois, avec plaisir, parfois, malgré moi. Pour autant, j’ai beau avoir un agenda de ministre, lorsque je me pose, (ça m’arrive) le constat suivant me renvoie… face à moi-même.

C’est universel, pour tout célibataire vivant seul: personne ne vous attend. Personne ne nous réclame pour une dernière histoire ou le dernier bisou. Personne pour nous demander comment s’est passée notre journée.

J’ai demandé à une amie (à l’agenda de premier ministre), comment elle vivait cette réalité, et voici sa réponse très  intéressante: « En fait, je me suis demandée si la vie que je menais aujourd’hui me satisfaisait. Pour être plus précise, est-ce que ce que les buts que je me suis fixée, je les ai accomplis ? En gros, si je mourrais demain, est-ce que je pourrais me dire, ma vie était en accord avec mes souhaits ? »

Belles pistes de réflexion, ces questions me laissèrent pantoise et songeuse à la fois.

C’est en faisant un état des lieux de ma vie qu’une évidence me vint à l’esprit. Elle a totalement changé la vision de mon statut renvoyé par la société. En ce qui me concerne, le plus important pour moi, c’est que ma vie serve à impacter celle des autres.Et hier, cette phrase est arrivée dans ma boîte.

“I have learned that people will forget what you said, people will forget what you did, but people will never forget how you made them feel.” Maya Angelou (traduction: j’ai compris que les gens oublieront ce que vous avez dit, qu’ils oublieront ce que vous avez fait, mais ils n’oublieront jamais le sentiment que vous avez produit en eux).

Face à moi-même est une communication réussie et pour vous?

Eli qui se concentre sur ce qu’elle a, et non plus sur ce qu’elle n’a pas !

Advertisements