Tags

, , ,

La déception se lit sur son visage… La gorge serrée, Chantal écoute sa fille, qui vient de répondre à la question qu’elle venait elle-même de lui poser. Elle regrette déjà de lui avoir demandé en quoi consistait son nouveau métier. Chantal ne comprend pas les choix de sa fille, elle qui avait fondé tant d’espoir en elle. Elle est très déçue, extrê-me-ment.

Lisette, elle, voit que les traits de sa mère se sont figés. Elle y lit son désarroi, son incompréhension. Elle aussi est déçue mais pas pour les mêmes raisons.

Quant à Marcel, il prend note de chaque parole de sa fille, et tente de la comprendre. Il montre de l’intérêt en posant des questions. Ce n’est pas ce qu’il avait planifié pour sa fille chérie, mais bon, on est obligé de faire avec, Lisette ne leur laisse pas le choix.

La jeune femme espérait beaucoup de cette conversation : elle aurait aimé sentir une pointe de fierté dans leurs voix ou leurs regards. Rien. Sauf un vide comme un fossé qui se creuse comme pour marquer l’écart qui l’éloigne de plus en plus de ses parents. Le dialogue tant attendu avait bien eu lieu mais l’effet escompté avait échoué.

Pourtant Lisette s’était répétée toute la semaine, qu’elle leur dirait merci pour tout ce qu’ils avaient fait pour elle. Mais elle sentait que les mots lui échappaient, non pas de sa bouche, mais de son cœur, comme si elle n’arrivait pas à les rattraper pour les leur offrir.

Comme d’autres se demandent pourquoi leur enfant a mal tourné (soit en devenant délinquant ou drogué) Marcel et Chantal ne comprennent pas ce qu’ils ont pu faire pour que leur fille en arrive là. Parce que Lisette a fait un choix de vie qu’ils n’avaient pas prévu dans leur scénario de parents, c’est plus fort qu’eux, ils n’arrivent pas à lire le bonheur qui anime leur fille dans son for intérieur.

Lisette abrège la conversation, ça ne sert à rien de s’étendre. Elle rêve secrètement que les murs de non-communication qui se sont élevés d’année en année, sont en train de tomber. Peu importe, si elle est incomprise, au moins, elle essaie de leur parler. Non pas avec l’agressivité, avec laquelle elle est à l’accoutumée avec eux, mais juste avec la douceur qui la caractérise.

Ce récit a le mérite de démontrer combien les relations sont complexes, et combien, elles nous construisent ou nous détruisent. Pour ne pas en arriver à la seconde option, prenons du recul et analysons.

Bien souvent lorsqu’on interagit avec les autres, on s’attend à ce qu’ils réagissent d’une certaine manière. On s’imagine leurs phrases, leurs mots, leur manière d’amener les choses et de répondre à nos attentes. Bref, on peut se faire aussi un film, comme pour une fille qui se fait des films sur un gars. Parfois on tombe juste et parfois on tombe de haut.

Une communication réussie tiendrait-elle donc dans le succès de l’ouverture du dialogue là où il était inexistant jusqu’alors. Sans aucune attente de l’autre.

Eli qui s’attend à ne plus rien attendre pour aimer encore plus pas vous ?

Advertisements