Tags

, , , , ,

21668_563470010345715_1894001422_nMon regard resta accroché à cette information qui traînait sur Facebook. Je suis allée jeter un coup d’oeil, un peu par hasard mais aussi un peu parce qu’au fond de moi, je pouvais peut-être apercevoir, un indice de sa personne. Alors que les images défilaient, mon coeur s’est serré. Je voyais les traits de ce visage que le temps n’avait pas altéré. Au son de sa voix et à la vue de son sourire, j’ai éprouvé une émotion difficilement définissable.

Six longues et à la fois courtes, années étaient passées. Le temps qu’il m’avait fallu pour guérir et mieux comprendre ce moment. Des larmes ont embué mes pupilles qui vivaient un retour sur le passé, non pas pour se lamenter mais plutôt pour se laisser emporter, par la joie qui était en train de m’inonder. Je suis guérie. Guérie de l’amertume, de la rancoeur qui vous ronge en prenant racine dans votre coeur.

Et pourtant là, ce n’est pas la nostalgie, qui m’appela mais la libération, la dernière phase du véritable pardon. Celui qui me permit de faire ma propre introspection, non plus aveuglée par la souffrance, mais celle qui ouvre les yeux du coeur. J’avais simplement envie de l’appeler, d’entendre sa voix, prendre de ses nouvelles. 6 ans c’est long et rapide à la fois.

À force de chercher à comprendre ce qui m’arrivait, je finis par trouver une réponse à mes blessures. Tout se se referma ne laissant aucune cicatrice, aucun traumatisme, surtout ceux du coeur. Les plus durs, les plus pénibles, à soigner, à guérir.

Je me rendis compte à quel point j’avais toujours aimé en attendant un retour, “sur l’investissement de l’amour que je donnais”. J’ai réalisé qu’à partir du moment où on se sait aimé, d’un amour éternel, fidèle et pur, on n’attend plus rien des autres. Plus rien ne compte. Si cet amour est réel, si vrai, inébranlable et immuable, il ne peut être de l’ordre de l’humain, non, il est de celui du divin.

Et, on a juste envie de transmettre cet amour. Plus besoin de donner pour avoir envie de recevoir. Juste, donner est suffisant. Il n’y a plus d’emprise malsaine sur nous. (Même si la vigilance demeure).  Personne humainement parlant ne peut nous donner cet amour.

En composant son numéro, on a repris la conversation exactement là où on l’avait laissée la dernière fois au téléphone. Il y a six ans… Ce jour où mon coeur était tombé en mille morceaux lorsque j’avais raccroché. Ce jour où j’ai pleuré durant la nuit entière à écraser des larmes de souffrance comme des couteaux qui transpercent l’âme. Ce jour où j’ai dit plus jamais. Et pourtant on se reverra dans quelques mois je le sais.

Mon coeur aujourd’hui n’est plus sous scellé, il est libéré. Se laissera-t-il aimer sans devenir prisonnier. Qui sait ? La peur d’aimer s’est-elle enfuie? On dit que l’amour parfait bannit la crainte.

Eli réconciliée, sourire aux lèvres et coeur en paix, souhaite continuer d’aimer pour vous partager ma vie et faire que ce blog soit une communication d’amour réussie.

Advertisements