Tags

, , , , ,

ed1cec50-bedf-11e1-9e90-2e4e9b590487-493x328Je l’ai regardée du haut de ses 17 ans, elle avait encore un visage de poupon, des petites pierres bleues à la place des yeux, brillaient parmi ses tâches de rousseur. Sortie tout droit des dessins de Sarah Kay, elle avait cet air angélique, que l’on affectionne dès le premier regard.

Elle me sourit me disant dans un parfait français coloré de son accent néerzélandais : « je m’appelle Isabel. » Quand je l’ai vue, mon cœur s’est brisé. J’aurais juste voulu la serrer dans mes bras. Je ne savais pas quoi dire alors j’ai engagé la conversation sur son séjour en France pour l’empêcher de penser. Isabel répondit volontiers à mes questions. Je ne savais pas comment soulager sa douleur que je lisais derrière son sourire. J’aurais voulu lui dire que tout ira bien.

Elle m’avait dit qu’elle les aimait les maccarons, alors j’ai sauté sur l’occasion à l’aéroport, je lui en ai offert. Petit moment de complicité. On parla de son avenir, de ce qu’elle voulait devenir. Je ne me souviens plus vraiment de sa réponse, mais je crois qu’elle n’était pas tout à fait sûre de son futur.

Cherchant à l’encourager, je me suis entendue dire : « Isabel, parfois les manques dans la vie peuvent se révéler des cadeaux. Tu vas sûrement développer des compétences que d’autres n’auront pas. Toutes les expériences que tu traverseras qu’elles soient bonnes ou mauvaises feront de toi, celle que tu deviendras, elles formeront ton caractère. »

Ses yeux se mirent à briller, et des larmes commencèrent à mouiller son regard. Séquence émotion de mon côté aussi, je fis tout pour ne pas pleurer. “Merci de m’avoir dit ça. J’apprécie vraiment. Tu étais la bonne personne pour m’accompagner aujourd’hui. ”

Je l’ai laissée partir… Une seule grosse valise à la main, Isabel s’apprêtait à vivre le plus long voyage de sa vie : 24h de vols et un poids incommensurable sur le cœur … celui du décès soudain de son papa.

Et cette semaine, je me suis liée avec Liz. Malgré une histoire vous donnant la nausée, Liz est en voie de restauration pour ne pas dire de guérison. Avec mes faibles mots mais avec tout mon amour, j’ai tenté de lui montrer que malgré la laideur de sa situation, je voyais quelque chose de beau en elle se former. Grâce à sa foi et à sa force de caractère, elle était en train de développer, le sens du pardon. Une jolie oeuvre d’art prenait forme. Elle serait capable de comprendre mieux que quiconque les personnes abusées sexuellement et psychologiquement.

Les quelques paroles d’encouragement étaient inspirées directement de la vidéo postée ci-dessous. C’est en la regardant que j’ai compris beaucoup de choses. À l’instar des perles de culture, la vie nous polit. “Quand un corps étranger entre à l’intérieur de la coquille, l’animal réagit en entourant l’objet de couches successives de carbonate de calcium et de substances organiques. Ce mélange, qui forme la nacre, s’accumule progressivement pendant plusieurs années autour de l’objet pour former une perle.” Les rebondissements de notre vie font de nous cette merveilleuse perle de culture qui se forme en résistant aux épreuves !

Eli qui pense que ça s’appelle une communication d’amour réussie 🙂 Et vous, qu’en pensez-vous?

Advertisements